Sandra Mehl, RI spécialité “coopération internationale”, 2003

Carte de visite : 06 63 06 04 69 /mehlsandra@hotmail.com
Responsable de la mission politique de la ville (cadre A) au conseil général de l’Hérault, Montpellier.
Master II de sociologie en cours à l’EHESS en vue d’un doctorat et d’un avenir de chercheuse en sciences sociales et maître de conférences à Sciences-Po pourquoi pas.
Photographe documentaire : www.sandramehl.viewbook.com
Centres d’intérêt : La sociologie, la photographie, la plongée sous-marine et l’apnée.
Livre de chevet : Les années, d’Annie Ernaux.
Citation fétiche : “Impose ta chance, serre ton bonheur, et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront.” René Char.

La force intranquille

Larger than life. Cette amusante expression anglo-saxonne s’applique à Sandra dont l’appétit d’apprendre, de comprendre et ultimement de transmettre, est insatiable. Son objet ? Le monde, les sociétés, les rapports humains.
Sa soif de savoir vient de loin, elle qui est né à Sète de parents qui ne maîtrisaient pas tous les “codes culturels” mais qui l’ont toujours encouragée. Bonne élève sélectionnée en hypokhâgne à Nîmes, elle se nourrit avec passion de toutes ces connaissances dont elle ne soupçonnait pas l’existence. Elle découvre l’ampleur de ses lacunes et travaille d’arrache-pied jusqu’à finir sous-admissible à Normale Sup. Ce résultat lui permet de cuber au lycée Lakanal à Sceaux avant d’intégrer Sciences-Po en quatrième année. “Le jour de mon admission, avec mes parents, on a pleuré tous les trois ensemble !
Sciences-Po est pour Sandra une ouverture inespérée sur l’international, grâce aux matières enseignées, à la présence d’étudiants étrangers et à son stage de six mois accompli au Sénégal. Son meilleur souvenir de l’école est le cours du politologue Jean-François Bayart dont l’approche était hyper stimulante car nourrie d’anthropologie et de sociologie. “On n’étudiait pas seulement la diplomatie mais aussi les mouvements sociaux, la culture populaire. Il nous faisait par exemple lire des BD du pays étudié.

Larger than Montpellier

Sandra a désormais presque dix d’années de vie professionnelle derrière elle, notamment à la politique de la ville au conseil général de l’Hérault. Elle finit en parallèle un master II de sociologie à Paris, à la prestigieuse école des hautes études en sciences sociales (EHESS). Thèse, recherche, puis enseignement à Paris ou dans une université étrangère. Perspective réjouissante pour cette sociologue dans l’âme qui voyage déjà pour ses projets photographiques. “J’aime l’image mais particulièrement son intérêt documentaire. La photographie est pour moi une façon directe de faire de la sociologie, d’entrer dans des univers sociaux.” Ses talents commencent à être reconnus. Elle reçoit des commandes institutionnelles. En 2014, elle a publié dans Le Nouvel Obs et a été sélectionnée pour participer à un atelier de photo documentaire du Prix Bayeux Calvados des correspondants de guerre. En 2015, elle a exposé à Montpellier dans le cadre des Boutographies et au festival toulousain de photographie contemporaine ManifestO. C’est elle qui a fait certains des portraits photographiques du trombinoscope des Sciences-Po de la région. Profitons de connaître Sandra Mehl pendant qu’elle est encore parmi nous…

Par Françoise Bougenot, février 2015
Vous êtes un(e) “Sciences Po Languedoc-Roussillon” ?
Vous aimeriez qu’on tire votre portrait ?
Contactez-moi !

 

1 réflexion sur « Sandra Mehl, RI spécialité “coopération internationale”, 2003 »

Les commentaires sont fermés.