Pascal Perrineau à Montpellier

Une soixantaine de personnes, Alumni Sciences Po, membres des sections régionales Languedoc-Roussillon des Alumni grandes écoles – EDHEC, ESCP Europe, ESSEC, HEC ainsi que des représentants du monde socio-économique, ont écouté avec grand intérêt le ressenti de Pascal Perrineau sur le grand débat, en sa qualité de garant.
Cette conférence était organisée à l’initiative de la section régionale des Alumni Sciences Po Paris présidée depuis 18 mois par Chloé Perreau, à l’occasion de la première visite à Montpellier de Pascal Perrineau, président national de l’Association des Sciences Po.

Pascal Perrineau évoque tout d’abord les fractures sociale, territoriale et politique à l’origine du soulèvement inédit des gilets jaunes.
La réponse tardive du gouvernement à ce nouveau mouvement social, au-delà de l’enveloppe des 12 milliards, se concrétise par la mise en œuvre du grand débat.

La parole est ainsi donnée aux Français qui peuvent exprimer leurs attentes du 15 janvier au 15 mars de différentes manières en fonction des publics et catégories sociales :

  • sur le site internet dédié qui a reçu 1 932 884 contributions produites par environ 500 000 personnes;
  • dans 10 452 réunions publiques regroupant 800 000 personnes;
  • dans 16 600 cahiers de doléances mis en place dans des mairies;
  • dans les 10 000 contributions libres (courriers et courriels);
  • La consultation porte sur 4 grands thèmes :

  • la transition écologique;
  • la fiscalité et les dépenses publiques;
  • la démocratie et la citoyenneté;
  • l’organisation de l’Etat et des services publics.
  • Cette consultation peut être considérée comme un succès par rapport à tout autre démarche de démocratie participative. Et ce d’autant plus que 4 autres thèmes ont été spontanément abordés par les contributeurs :

  • le pouvoir d’achat;
  • la santé;
  • l’éducation;
  • la relance de la machine économique.
  • Le matériel ainsi recueilli témoigne de l’expressivité des participants et de la volonté de construire des solutions.

    Le politologue évoque la restitution des données recueillies qui sont numérisées et anonymisées à la Bibliothèque Nationale de France.
    Enfin il s’interroge sur la suite que la démocratie représentative donnera aux propositions émises.

    En réponse à une question, il suggère à titre personnel un acte 3 très audacieux de la décentralisation avec l’urgence de créer des vrais corps intermédiaires dignes de ce nom.

    Compte rendu de Jean-Paul Charbaut, le 5 avril 2019