Chloé Perreau, docteur de l’IEP de Paris en sciences-économiques, 2002

perreauCarte de visite : Tél. : 0670137480 / perreauchloe@gmail.com
Chef de projet gestion multimodale des déplacements à la direction des transports et de la voirie, Montpellier Méditerranée Métropole (400 000 habitants, 31 communes).
Executive MBA à l’ESCP Europe.
Vice-Présidente des anciens élèves de Sciences-Po Paris en Languedoc-Roussillon.
Mariée à Antoine Penciolelli, créateur de la SSII avizzeo
Membre du conseil d’administration de l’école Calandreta dau Clapas.
Centres d’intérêt : Développement durable (économie, écologie, social), voile, randonnée.
Livre de chevet : Sur les traces du lion, Yves Courriere, Plon, 2004. « Une biographie de Joseph Kessel, extraordinaire écrivain et homme d’action dont la vie accompagne quasiment toute l’histoire du 20e siècle».
Citation fétiche : « Notre vie est ce qu’en font nos pensées », Marc Aurèle.

Multi-efficace

Chloé est une parisienne marquée par ses étés bretons. De ses vacances dans la baie de Douarnenez, elle a gardé l’ivresse des embruns, le besoin de nature et l’envie de la préserver. La beauté d’un lieu, naturel ou architectural, appartient à tout le monde disait Victor Hugo, épris de justice. C’est une idée qu’elle aime.

C’est avec ces deux fils directeurs, développement durable et justice, que Chloé a entrepris les études les plus exigeantes en économie : DEA puis doctorat à Sciences-Po avec la fierté de réaliser la première thèse CIFRE de l’école (convention industrielle de formation par la recherche) en partenariat avec le ministère de la recherche et la direction de la stratégie de PSA. L’idée de sa thèse sur « l’information multimodale » lui est venue du constat de la difficulté de circuler en région parisienne et des analyses de l’essayiste Jeremy Rifkin sur la montée de la valeur d’usage des biens par rapport à leur possession. L’avenir lui donne raison. Les multinationales rivalisent aujourd’hui d’offres de services dans le champ de l’information multimodale : Apple, Google, SNCF, les constructeurs automobiles… Beaucoup de satisfaction pour Chloé qui aime apporter des visions stratégiques et mettre en place des projets.

C’est ce qu’elle a poursuivi à la direction générale des Ports de Paris, où elle a contribué à la mise en place de solutions de logistique urbaine fluviale pour la grande distribution et proposé un rapprochement des ports de Paris, Rouen et du Havre tout en faisant un MBA à l’ESCP. « J’y ai rencontré des dirigeants d’entreprise très enrichissants, adoré le cours de Frédéric Fréry en stratégie et profité d’échanges à Shanghai et à Austin. »

À Montpellier Méditerranée Métropole, Chloé travaille à des nouvelles solutions de  logistique urbaine dans une optique de réduction des nuisances – pollution et occupation de la chaussée ; aux problématiques de cité intelligente et de mobilité : « Je mets en place des outils qui facilitent la mobilité grâce au système d’information (calcul du temps et sélection des modes de trajet entre deux points) et à une offre commerciale adaptée. Il ne faut jamais brider son imagination, dit-elle, même quand une idée semble irréaliste ou trop chère, la technologie finit par la rendre possible. Il n’y a qu’à voir les innovations apportées par les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) ces dernières années et la montée des objets connectés. » En décembre 2014, Montpellier Agglomération s’est vu décerner par le magazine Ville Rail et Transport le prix intermodalité, qui récompense « les meilleures initiatives en matière de liaisons entre les modes de transport » dixit le site de Montpellier Méditerranée Métropole. Chloé n’a pas quitté la région parisienne pour rien, elle qui se déplace en ville en vélo électrique à trois places, un bambin à chaque extrémité !

Développement global

C’est en effet la naissance de son premier enfant en 2011 qui l’a incitée, avec son mari Antoine Penciolelli, créateur avec Grégory Nallet de la SSII Avizzeo, à quitter la région parisienne pour une ville à la qualité de vie plus propice à une famille. D’ailleurs, le deuxième enfant est arrivé en 2014. Elle a trouvé une ville au patrimoine historique magnifique ainsi qu’une nature avec des paysages et des ambiances très diversifiés : les Cévennes pour le plein de nature, Sète, pour l’ambiance du port, le bassin de Thau pour la beauté de ses étangs, les plateaux entourant Millau pour les vols en parapente en tandem avec Antoine. « Merveilleux et effrayant jusqu’à l’atterrissage ! » Sa seule déception ? Le littoral qu’elle estime trop bétonné, se voyant bien un jour travailler au Conservatoire du littoral justement.

En attendant, Chloé prend le temps de s’investir de manière concrète dans la vie de l’association régionale des Sciences-po, dont elle devenue vice-présidente à l’automne 2014. « Je suis reconnaissante pour l’accueil que j’ai reçu de la part du président Jean-Paul Charbaut, les conseils et les contacts qu’il m’a donnés et qui m’ont aidée à trouver un emploi passionnant et je souhaite rendre la pareille. Je suis sensible aux cas des personnes, le plus souvent des femmes, qui suivent leur conjoint dans la région, et qui ont un mal extrême à retrouver du travail. » À cet effet, Chloé a mis au point un partenariat avec le cabinet de recrutement Florian Mantione Institut et organise depuis 2014 des conférences et des rendez-vous réguliers. Finalement, sa sensibilité au sujet de l’emploi, avec sa dimension humaine, s’inscrit dans son idéal de développement durable. Gâcher des talents et ne pas utiliser des compétences est une forme de gâchis aussi grave que la pollution du littoral.

Par Françoise Bougenot, mars 2015
Vous êtes un(e) “Sciences Po Languedoc-Roussillon” ?
Vous aimeriez qu’on tire votre portrait ?
Contactez-moi !